L’histoire du genre western au cinéma est intimement liée avec celle des États-Unis sans pour autant relater les faits réels. Ce genre cinématographique aurait pourtant pu être le messager d’une source de savoir et de connaissances pour le public. Le western met en scène l’avancée des pionniers repoussant les Indiens sur leur terre et représente ainsi “la conquête du Nouveau Monde ». Avec beaucoup d’actions et souvent peu de paroles, il a rapidement su faire sa place dans l’industrie cinématographique. Il est d’ailleurs devenu un des genres phares des studios hollywoodiens. Cependant, depuis les années 80, le western connaît un déclin dans le nombre de productions. Dans le western, trois types de personnages sont récurrents : les Indiens, la cavalerie ainsi qu’un cow-boy.  Les Indiens, peuple natif d’Amérique, sont souvent représentés comme une civilisation sauvage et non éduquée. La cavalerie, quant à elle, est la force armée des explorateurs, qui constitue le début de la civilisation américaine. Pour finir, le cow-boy est l’archétype de l’homme solitaire et détaché.

Côté musique, on trouvera un piano désaccordé, rappelant l’ambiance des Saloons. Beaucoup de cuivres sont également utilisés afin de donner de la puissance et rappeler les trompettes de la cavalerie. Il s’agit aussi de faire du film une réelle épopée. Dans ce genre, la musique est là, le plus souvent, pour accompagner l’action. Le représentant du genre est, depuis les années 60, Ennio Morricone avec son Leitmotiv iconique dans le film Le bon, la brute et le truand sorti en 1966.