La foule – Sexy Metro Driver

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pour découvrir notre partenariat avec l’association MESH, Musique Et Situations de Handicap, qui permet l’accès à la culture à des personnes en situation de Handicap, c’est par Ici.

Sexy Metro Driver

La Foule (Kingston Vidor, 1928)

La foule est un film qui traite de la conciliation entre la vie de couple et la vie professionnelle. C’est une critique claire du rêve américain. En effet, on voit un homme épanoui dans sa vie amoureuse mais terriblement déçu et ennuyé dans sa vie professionnelle. John représente un homme parmi des milliers d’autres; un homme parmi « La foule ». Cela démontre aussi le côté utopique du rêve américain qui n’est pas du tout une réalité.

Vidor utilise certaines techniques inspirées du mouvement expressionniste afin de donner un côté plus profond dans l’image de son film.

John Sims est un jeune homme qui arrive à New York comme il l’avait promis à son défunt père. Alors qu’il est à une fête à Coney Island, il rencontre une jeune femme prénommée Mary, qu’il décide d’épouser rapidement. Un premier enfant arrive, puis un second. La vie de famille de John est épanouissante et semble pleinement le satisfaire. Cependant, côté professionnel, la satisfaction est loin d’être pleine. Employé dans une compagnie d’assurance, il n’est pas heureux dans son travail et n’a pas de perspective d’évolution au sein de l’entreprise.

Il perd complètement le goût de vivre lorsque sa fille meurt dans un accident. Il décide de quitter son emploi et tente de mettre fin à ses jours. Mais son fils lui redonne goût à la vie et du courage. Il le persuade même d’accepter une offre d’emploi en tant que bateleur.

John et Mary escaladent une falaise afin de trouver le plus bel endroit pour pique-niquer. L’extrait ne montre pas de scène érotique de façon explicite en raison de l’époque à laquelle le film est sorti (1928). Pour autant, la scène reste très sensuelle : les deux amoureux sont allongés dans un cadre idyllique et se font des caresses. John couvre Mary de baisers et cette dernière se tient de manière très sensuelle voire même érotique. Elle a les yeux fermés et semble ressentir du plaisir. Une scène relativement soft pour le cinéma d’aujourd’hui mais très osée pour l’époque car rappelons-le, l’érotisme est remplacé par de longues déclamations d’amour avant les années 60.