Hondo l’homme du désert – Loïc Forestier

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pour découvrir notre partenariat avec l’association MESH, Musique Et Situations de Handicap, qui permet l’accès à la culture à des personnes en situation de Handicap, c’est par Ici.

La scène est issue d’un Western. J’ai souhaité bannir les instruments qu’on retrouve dans ce genre de films tels que :

– les pianos désaccordés

– les guitares

– les trompettes

J’ai utilisé des synthétiseurs pour émuler des voix assez oppressantes et renfermés.

Les Indiens s’approchant, j’imaginais une musique assez succincte clichée des westerns, je pense qu’une musique sombre et oppressante ne va pas avez la scène.

Ensuite j’ai une seconde musique qui se lance sans rapport avec la scène, elle est aussi très très synthétique ce qui ne colle pas avec l’époque. Il n’y a pas de corrélation musique/action, la musique reste très linéaire alors qu’à l’écran il y a du mouvement.

La dernière musique est plus ouverte et légère, elle pourrait être utilisé en musique de fin. Pour moi, elle a un aspect libérateur alors que la scène est clairement le début de l’histoire du film (pas du tout la scène finale).

Toutes les musiques restes très synthétiques et en déphasage complet avec l’époque. Elles ont un côté « rétro » avec des nappes de synthétiseurs issues années 80 mais sont encore bien loin de l’époque western.

Loïc Forestier

Hondo, l’Homme du Désert (John, Farrow, 1953)

Film de l’ombre, Hondo l’homme du désert est un des rares westerns dont John Wayne est l’acteur principal à n’avoir pourtant jamais pu briller pour des problèmes de droits suite à la mort de l’acteur à qui appartenait la maison de production. Celle-ci fut ensuite gérée par la famille du défunt mais certains contrats manquaient de clarté, ce qui eut pour conséquence de bloquer plusieurs films, dont Hondo l’homme du désert.

John Farrow en producteur et John Wayne à l’écran, la réputation du film précède sa qualité. En effet, le western reste simple et quelconque selon la critique reçue et sera d’ailleurs le dernier du genre réalisé par Farrow.

Geraldine Page, jeune comédienne de théâtre se fait repérer par Wayne et obtient ainsi son premier rôle au cinéma en interprétant Angie Lowe ; ce qui lui vaudra d’ailleurs une nomination aux Oscars.

Un autre “John” est présent dans l’équipe du film. Certaines scènes et notamment la scène finale de l’attaque du convoi de pionniers sont filmées par John Ford (un des réalisateurs les plus influents de l’époque classique de Hollywood). En effet, Farrow avait dû quitter le tournage de Hondo avant sa fin pour des raisons de retards de tournage alors qu’il avait d’autres engagements à Hollywood.

Éclaireur pour l’armée, Hondo Lane, joué par John Wayne, sillonne l’Ouest pour prévenir les conflits entre le gouvernement américain et les Apaches. Il croise sur sa route Angie Lowe, une courageuse mère de famille élevant seule son fils Johnny. Une passion amoureuse naît entre Hondo et Angie et entraînera l’engagement de Hondo à défendre la jeune femme et de son fils contre les Apaches.

Ces derniers ont, à plusieurs reprises, ordonné à Angie et sa famille de quitter la maison et de rendre le terrain aux Apaches qui selon eux, leur revient de droit. Angie négocie sans cesse car elle attend le retour de son mari afin de prendre une décision.

L’extrait choisi représente l’arrivée des Apaches chez Angie. Hondo est parti quelque temps plus tôt et laisse donc la jeune femme et son fils seuls à la maison. Le chef des Apaches devient de plus en plus autoritaire et la tribu encercle Angie, ne lui laissant aucune échappatoire. Sur leurs chevaux, ils dominent la jeune femme, à la fois physiquement et en nombre. Elle est seule face à tous.

Le bras droit de Vittorio, chef des Apaches, va alors intimider Angie mais Johnny, son fils, ordonne qu’on laisse sa mère tranquille. Il a une arme à feu dans les mains et va faire preuve d’un courage exemplaire pour défendre sa mère et sa maison. De son jeune âge, il ne se défile pas devant l’Apache et va même tirer.

Face à tant de bravoure, Vittorio vient alors près du jeune garçon et fait pacte de sang avec lui. Il déclare alors Johnny comme l’un des leurs et le surnomme « Petit Guerrier ». Par ce pacte, la famille ne risque plus les menaces de la tribu mais sera désormais protégée et défendue par celle-ci. Johnny est donc devenu un guerrier apache.