39 marches – Sexy Metro Driver

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Pour découvrir notre partenariat avec l’association MESH, Musique Et Situations de Handicap, qui permet l’accès à la culture à des personnes en situation de Handicap, c’est par Ici.

Sexy Metro Driver

39 Marches (Alfred Hitchcock, 1935)

39 Marches a marqué la carrière filmographique de Hitchcock en devenant son premier chef-d’œuvre.

Le film est l’adaptation du roman éponyme de John Buchan paru en 1915. L’auteur du livre déclara d’ailleurs que « le film était bien supérieur » à son roman.

Hitchcock n’en était pas à son coup d’essai. Ses productions ont toujours réussi à capter l’attention et l’adulation du public. Après Chant du Danube en 1934, considéré par le public comme médiocre, ce dernier se relèvera très vite avec L’Homme qui en savait trop la même année, un an avant 39 Marches.

Le Canadien Richard Hannay se rend dans un music-hall londonien pour assister au numéro de Mister Memory, phénomène capable de restituer de mémoire tous types de faits ou de chiffres. Une bagarre éclate, un coup de feu retentit, et dans la panique, Hannay rencontre une jeune femme, Annabella Mith, qui lui demande si elle peut l’accompagner chez lui. Là, elle lui révèle non seulement que c’est elle qui a tiré le coup de feu, mais qu’elle l’a fait pour créer une diversion et échapper à de dangereux espions qui la poursuivent. Elle avoue être un agent secret britannique, dont la mission est d’empêcher la fuite à l’étranger de documents d’État confidentiels convoités par une mystérieuse organisation secrète : les 39 marches. Au cours de la nuit, Annabella surgit dans la chambre de Richard, un couteau planté dans le dos. À l’agonie, elle lui confie une carte d’Ecosse mentionnant un nom de lieu. Bientôt accusé du meurtre d’Annabella, Richard n’a d’autre choix que de se rendre en Ecosse pour tenter de prouver son innocence en démantelant les 39 marches.

Richard est menotté à une jeune femme et tente d’échapper aux espions à ses trousses. Afin que la jeune femme coopère, il tente de la menacer en lui disant qu’il est un assassin sans morale et qu’il n’hésitera pas à lui faire du mal si elle refuse de lui obéir. Pourtant, la jeune femme semble ne pas le croire. Richard lui dit alors que ce ne sont pas des policiers qui sont à leurs trousses, sans pour autant lui révéler la vérité sur la situation.

Là encore, nous nous trouvons bel et bien dans un thriller : Annabella a été assassinée et le spectateur ainsi que Richard sont les seuls à savoir l’innocence de ce dernier dans le meurtre de la jeune femme. Il résoudra alors tout seul l’enquête, non cette fois comme un génie des énigmes insolubles mai